Les interactions numériques entre l’administration fédérale et le citoyen ont doublé en trois ans